John Irvin

Le jeune ténor américain John Irvin découvre la scène lyrique comme Comte Almaviva dans le Barbier de Séville de Rossini à l’Opéra de Madison.

En 2016, il fait ses débuts au Festival de Salzbourg dans The Exterminating Angel de Adès, chante son premier Rodolfo dans une nouvelle production de la Bohème à Heidelberg, Lélio de Berlioz au Beethovenfest de Bonn, chante dans le Requiem de Berlioz à Bochum et Roméo & Juliette à Madison.

En 2017, il sera pour la première fois invité au Metropolitan Opera New York dans The Exterminating Angel , incarnera Cléomène dans Le siège de Corinthe à Pesaro, participera à un Gala Méhul à Londres, et chantera Ernesto dans Don Pasquale au Springfield Regional Opera.

Parmi ses récents engagement, on retiendra Alfred dans Die Fledermaus au Lyric Opera de Chicago, la 9e symphonie de Beethoven avec le Melbourne Symphony Orchestra dirigé par Sir Andrew Davis, des Lieder de Richard Strauss avec le Civic Orchestra de Chicago, Matthew Gurney dans une nouvelle production d’Emmeline de Tobias Picker à l’Opera Theatre de St. Louis, Beyond the Score avec le Chicago Symphony Orchestra et Stéphane Denève, Don Curzio dans Le nozze di Figaro avec le Los Angeles Philharmonic dirigé par by Gustavo Dudamel and Malcolm dans Macbeth au Boston Lyric Opera.

Doté d’une formation de pianiste, John Irvin étudie le chant à l’Université de Géorgie et au Boston University’s Opera Institute. Il participe au Young Artist Programs de l’Opéra de Santa Fe, du Boston Lyric Opera et du Lyric Opera of Chicago, où il découvre notamment les rôles d’Almaviva dans le Barbier de Séville, Percy dans Anna Bolena, Alfred dans Die Fledermaus, Rodrigo dans Otello, Kunz Vogelgesang dans Die Meistersinger von Nurnberg et Schmidt dans Werther.

A son répertoire figurent également les rôles d’Ernesto dans Don Pasquale, Duca dans Rigoletto, Macduff dans Macbeth, Don Ottavio dans Don Giovanni, et le rôle-titre de La clemenza di Tito.

John Irvin s’intéresse également à l’oratorio : la Messa di Gloria de Puccini, la Theresienmesse de Haydn, le Te Deum de Charpentier, le Messie de Handel, le Magnificat de Bach, Elias de Mendelssohn ou encore les Vêpres solennelles d’un Confesseur de Mozart.


«