Robin Johannsen

La soprano américaine Robin Johannsen arrive en Europe à l’invitation du Deutsche Oper Berlin dont elle rejoint rapidement la compagnie. Elle incarne les rôles de Susanna dans Le nozze di Figaro, Norina dans Don Pasquale, Oscar dans Un ballo in maschera et Soeur Constance dans Les Dialogues des Carmélites. Elle collabore aussi avec l’Oper Leipzig (pour les rôle de Gretel, Marzelline, Blonde, Susanna et Pamina). Elle débute réellement sa carrière de soliste en 2008 avec une affinité particulière pour les répertoires baroques et classiques.

En 2016-2017, elle part en tournée avec Teodor Currentzis et l’Ensemble MusicAeterna dans un programme d’arias de Rameau. Elle enregistre trois albums: les cantates de Telemann avec l’Ensemble Concerto Melante ; Didone de Vinci (le rôle-titre) avec l’Ensemble Lautten Compagney puis Parnasso in festa de Hændel avec Andrea Marcon et La Cetra Basel. La saison se poursuit avec le Roi Arthur de Purcell au Berliner Staatsoper, suivie d’une tournée en Allemagne, Espagne et Asie dans le rôle de Fiordiligi (Così fan tutte) avec René Jacobs et le Freiburger Barockorchester. Puis Robin Johannsen fait ses débuts en France dans la Brockes-Passion de Telemann sous la direction de Raphaël Pichon et l’Ensemble Pygmalion à la Philharmonie de Paris puis en tournée française. Elle collabore également avec des ensembles baroques de premier plan tels que l’Akademie für Alte Musik Berlin, le Concerto Köln et le Freiburger Barockorchester.

Récemment elle fait ses débuts acclamés dans le rôle titre de Emma und Eginhard de Telemann sous la direction de René Jacobs au Berliner Staatsoper, les rôles de Venere et Giuturna dans Amor vien dal destino aussi au Berliner Staatsoper. Elle s’illustre au Musikfest Bremen dans le rôle de Konstanze avec Jérémie Rhorer et Le Cercle de l’Harmonie puis elle est le rôle-titre dans Almira au Hamburgsche Staatsoper et débute au Théâtre Royal de la Monnaie dans l’Opéra seria de Gassmann. Elle est au Teatro Regio Torino dans Schöpfung de Haydn avec Antonello Manacorda. Elle incarne Konstanze lors d’une tournée internationale puis enregistre le rôle sous la direction de René Jacobs pour Harmonia Mundi. En 2015, elle fait ses débuts dans le rôle d’Adina dans L’Elisir d’Amore avec le Hamburgische Staatsoper et se produit au Innsbruck Festival of Early Music dans Don Trastullo de Jommeli sous la direction d’Alessandro De Marchi. Elle chante Pamina en tournée avec l’Ensemble Lautten Compagney puis Amital dans l’oratorio Betulia liberata de Mozart avec la Kammerakademie Potsdam. En mai 2014, Sony Classical sort le premier disque solo de Robin Johannsen, In dolce amore, composé d’arias et de cantates baroques d’Antonio Caldara dirigé par Alessandro De Marchi.

Robin Johannsen est régulièrement invitée par le Innsbrucker Festwochen der Alte Musik, l’Internationale Bachakademie Stuttgart, l’Academia Montis Regalis et l’Ensemble B’Rock. Elle collabore avec des chefs tels que René Jacobs, Alessandro De Marchi, Andrea Marcon, Antonello Manacorda, Attilio Cremonesi, Christopher Molds, Helmuth Rilling, Ottavio Dantone, Howard Griffiths, Celso Antunes, Lukasz Borowicz, Christian Thielemann, Rafael Frühbeck de Burgos, Marin Alsop et Robert Page. Elle participe à des productions avec le Deutsche Oper Berlin, le Berliner Staatsoper, le Komische Oper Berlin, l’Oper Leipzig, le Staatsoper Stuttgart, l’Oper Frankfurt, le Vlaamse Opera, le Théâtre Royal de la Monnaie, OSESP São Paolo, le Festival de Bayreuth, Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, RIAS Kammerchor, Dresden Philharmonic, Freiburger Barockorchester, Akademie für Alte Musik Berlin, Academia Montis Regalis, Café Zimmermann, Concerto Köln, NDR Hannover, Philharmonie d’Helsinki, Danish National Chamber Orchestra, Symphony de Singapour, Pittsburgh Symphony, Baltimore Symphony Orchestra et le Dallas Symphony. Elle a également chanté dans le Alice Tully Hall au sein du Lincoln Center, au Carnegie Hall, au Festival Rheingau Musik, Gasteig Munich, à la Essen Philharmonie, à la Berliner Philharmonie, au Konzerthaus Berlin, au Concertgebouw Amsterdam, au Brock’s Glocke, Lucerne Festival, au Vatican, au Conservatorio Torino, à l’Auditorium del Lignotto – Torino, au Grattacielo de San Paolo. Au Conservatorio de Milan, à la Tonhalle Zürich et au Oregon Bach Festival.


«