René Jacobs

René Jacobs débute sa formation musicale comme jeune chanteur dans la cathédrale de Gand, sa ville natale. Durant ses études de philologie classique, il reste actif en tant que chanteur, puis parfait sa voix de contre- ténor. Rapidement il est considéré comme l’un des plus grands contre-ténors de son époque.

Passionné pour le répertoire riche mais méconnu de la musique de chambre vocale du XVIIè siècle, il fonde en 1977 le Concerto Vocale. René Jacobs fait ses débuts en tant que chef d’orchestre à l’opéra avec la production d’Orontea (Cesti) lors du Festival de musique ancienne d’Innsbruck de 1983. Il a dirigé des œuvres de Monteverdi, Cavalli, Haendel, Gluck, Mozart et Rossini sur les plus grandes scènes étrangères. Parallèlement, il a poursuivi sa mission de pionnier visant à introduire dans le répertoire d’opéra des partitions inconnues telles qu’Orpheus et La Patience de Socrate de Telemann, Cleopatra e Cesare de Graun, L’Opera seria de Gassmann, Eliogabalo de Cavalli et Croesus de Reinhard Keiser.

En 2001, l’Académie Charles Cros a décerné à René Jacobs sa plus grande distinction, le Prix in Honorem, pour son enregistrement de l’opéra Croesus de Keiser et pour l’ensemble de sa carrière. René Jacobs a été distingué de nombreuses fois par la critique musicale en Europe et aussi aux U.S.A, où son enregistrement des Nozze di Figaro de Mozart a reçu un Grammy Award (Best Opera 2005). La revue Classica l’élisait « Artiste de l’année 2009 » pour ses enregistrements de la Brockes-Passion de Telemann, d’Idomeneo de Mozart et de La Création de Haydn. En 2010, son étonnante Flûte enchantée recevait un accueil des plus enthousiastes (CD des Jahres (Opernwelt), Preis der Deutschen Schallplattenkritik, Choc de l’année 2010, BBC Music Magazine Award). Dernièrement paraissait en première mondiale un oratorio de Pergolèse, Septem verba a Christo in cruce ainsi qu’une Passion selon saint Matthieu de Bach distinguée par un Choc de l’année 2013 et un prix ECHO 2014.

René Jacobs est Docteur honoris causa de l’Université de Gand.

Dernière venue : 20 décembre 1995 avec l’Akademie Für Alte Musik Berlin dans un programme Bach.


«