Paavo Järvi

  • Paavo Järvi © Sasha Gusov

Paavo Järvi est né à Tallinn (Estonie) en 1962. C’est auprès de son père, Neeme Järvi, qu’il découvre le monde musical, déchiffrant à quatre mains des symphonies de Haydn, comparant les interprétations dans l’impressionnante collection de disques paternelle, chantant sous sa direction dans un chœur d’enfants ou encore en assistant à ses répétitions. Il commence par étudier la percussion, puis la direction d’orchestre.

Une prise de position en faveur de la liberté artistique vaut à la famille de nombreux tracas politiques qui la conduisent à quitter l’Estonie pour les États-Unis en 1980. Paavo Järvi a alors 17 ans. Il poursuit ses études au Curtis Institute of Music de Philadelphie, au Los Angeles Philharmonic Institute avec Leonard Bernstein et dirige particulièrement le répertoire scandinave, tout en affirmant d’autres domaines de prédilection, dont la musique française et la musique russe. Paavo Järvi accède ensuite à ses premières responsabilités : directeur musical du Malmö SymfoniOrkester (1994-1997), premier chef invité du Royal Stockholm Philharmonic Orchestra (1995-1998) ainsi que du City of Birmingham Symphony Orchestra (1996-1999). La décennie 2000 a vu sa carrière s’accélérer. Invité à diriger un programme du

Cincinnati Symphony Orchestra en 2001, il lui a été proposé d’en prendre immédiatement la direction musicale, qu’il n’a quittée qu’en 2011, le titre de chef émérite lui ayant été décerné en reconnaissance du travail accompli. Il est également directeur musical du Hessische Rundfunk Sinfonieorchester de Francfort depuis 2003. En 2004, il est devenu directeur artistique de la Deutsche Kammerphilharmonie de Brême. Avec cet orchestre de chambre indépendant, il a réalisé notamment un enregistrement intégral des symphonies de Beethoven recueillant un grand succès tant public que critique. Il a été nommé Chef principal de l’Orchestre symphonique de la NHK à partir de la saison 2015/2016.

Paavo Järvi a déjà réalisé une cinquantaine d’enregistrements. Parmi eux, la Deuxième Symphonie de Stenhammar, la Suite de Lemminkainen et Kullervo de Sibelius ; les Cantates de Sibelius avec l’Orchestre national d’Estonie et son chœur, récompensées par le premier Grammy Award jamais attribué à l’Estonie ; le Concerto pour orchestre de Lutosławski enregistré avec l’Orchestre symphonique de Cincinnati, les disques consacrés à la musique vocale d’Erkki Sven Tüür, les symphonies de Lepo Sumera

En 2004, Paavo Järvi dirige pour la première fois l’Orchestre de Paris. L’entente est immédiate, les concerts magnifiques. Il est réinvité à plusieurs reprises, avant de devenir en septembre 2010 le septième Directeur musical de l’Orchestre de Paris, avec lequel il a fait paraître un premier enregistrement consacré à Bizet en 2010, suivi du Requiem de Fauré en 2011 avec Matthias Goerne, Philippe Jaroussky, Éric Picard et le Choeur de l’Orchestre de Paris (Virgin Classics).

En novembre 2012, la Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti lui a remis les insignes de Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres en reconnaissance du travail remarquable accompli à la tête de l’Orchestre de Paris.


«