Orfeo 55

  • Orfeo 55 © Vincent Catala

Avec la création de l’ensemble Orfeo 55 en 2009, Nathalie Stutzmann concrétise un rêve de toujours : avoir son propre orchestre de chambre. Parallèlement à une carrière de contralto exceptionnelle, et plus récemment à une carrière en tant que chef d’orchestre invité qui se développe très rapidement, Nathalie Stutzmann synthétise avec ce projet vingt-cinq ans de carrière et toute une vie passée au service de la musique au contact des plus grands musiciens et chefs d’orchestre avec lesquels elle a travaillé régulièrement : d’Herbert von Karajan à Sir Simon Rattle ou Seiji Ozawa, entre autres, mais également les grands noms du baroque comme Sir John Eliot Gardiner, Marc Minkowski etc..
À la tête d’Orfeo 55, elle impose la rigueur musicale, la liberté expressive et l’intensité émotionnelle qui font sa réputation en tant que chanteuse et chef d’orchestre.

Si Vivaldi, Bach, ou Haendel occupent une place centrale dans les programmes de l’orchestre, Nathalie Stutzmann n’entend pas limiter son répertoire à l’ère baroque puisque les musiciens de l’ensemble possèdent la double pratique instruments baroques/instruments modernes, ce qui permet d’affronter les répertoires les plus divers en adaptant les instruments avec la plus grande souplesse possible. A ce titre, Orfeo 55 a interprété récemment Les Métamorphoses de Richard Strauss, et dès 2014, Tchaïkovski et Schœnberg sont au programme.

Ensemble à géométrie variable, Orfeo 55 adapte ses effectifs aux œuvres abordées. Chaque musicien de l’ensemble est recruté individuellement selon ses qualités musicales et techniques, ses critères sonores, sa flexibilité et son intégration dans l’esprit du groupe. Orfeo 55 aime à proposer une vision très personnelle des œuvres pour lesquelles Nathalie Stutzmann éprouve une véritable passion, elle sait les partager dans des interprétations privilégiant la plus grande expressivité, une sensualité des couleurs tant vocales qu’instrumentales, des sonorités rondes et chaleureuses adaptées aux grandes salles modernes telles que L’Arsenal de Metz où Orfeo 55 est en résidence.

Fort de l’intense travail accompli en un peu plus de trois ans, et le succès de leurs deux enregistrements Prima Donna et Une Cantate imaginaire, Orfeo 55 s’est déjà imposé sur le devant de la scène musicale, se produisant dans toutes les capitales, et imposant de nouveaux critères sonores et expressifs.

Dernière venue : 10 décembre 2013, avec Nathalie Stutzmann – Programme : Vivaldi, Haendel

  


«