Marianne Crebassa

Après des études de piano, chant et musicologie à Montpellier, en 2008, alors âgée de 21 ans, Marianne Crebassa fait ses débuts à l’Opéra de Montpellier dans Manfred de Schumann sous la direction de Hervé Niquet. Elle est ensuite invitée par l’Opéra de Montpellier et le Festival de Radio France pour plusieurs projets, Fedra de Pizetti, Zaira de Bellini, le Martyr de Saint-Sébastien de Debussy, la Traviata dirigés par Alain Altinoglu ainsi que Friederike de Lehar sous la direction de Lawrence Foster.

En 2010, suite à son interprétation d’Isabella Linton dans The Wuthering Heights de Herrmann, unanimement saluée par la critique en 2010, Marianne Crebassa intègre pour une durée de deux ans l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Paris.
En mai 2011, elle fait ses débuts dans Orphée pour une production de l’Atelier Lyrique ; en juillet 2011 elle est de nouveau invitée par le Festival de Radio France pour le rôle-titre de La Magicienne de Halévy dirigé par Lawrence Foster.

Lors de la saison 2011-2012, elle se produit dans Lulu et Rigoletto sur la grande scène de l’Opéra Bastille et chante Ramiro (La Finta Giardiniera) dans la production annuelle de l’Atelier Lyrique. Révélation de l’ADAMI en 2011, Marianne Crebassa a également remporté le Prix de l’AROP et le Prix Carpeaux respectivement en 2011 et 2012.

C’est en août 2012, que Marianne fait ses débuts au Festival de Salzbourg dans Tamerlano (Irène) sous la direction de Marc Minkowski et aux cotés de Placido Domingo ; en janvier 2013, elle se produit au Mozartwoche de Salzbourg dans une nouvelle production de Lucio Silla et remporte un succès à la fois critique et public.

Ses derniers engagements l’ont conduite au Musikverein de Vienne pour le Martyre de Saint-Sébastien, à la Fondation Gulbenkian de Lisbonne pour Roméo et Juliette de Berlioz, aux festivals de Salzburg et de Brême pour la reprise de Lucio Silla ainsi qu’à Montpellier pour Cosi fan Tutte (Dorabella).

En récital, elle possède un large répertoire de mélodies françaises et de lieder. Récemment, elle a interprété un programme français avec le pianiste Georges Pludermacher et a donné un récital de mélodies françaises au Festival de Saint-Denis.

En 2013/14 Marianne fait ses débuts à Amsterdam dans une nouvelle production de Faust. Elle est également retournée au Festival de Saint-Denis pour la Messe de Haydn ainsi qu’au Festival de Brème pour chanter la partie vocale d’une création du compositeur Fazil Say.

Lors de l’été 2014, elle est de nouveau invitée par Festival de Salzbourg pour interpréter le rôle-titre de Charlotte Salomon, création de Marc-André Dalbavie.

Récemment, elle fait ses débuts à La Scala de Milan dans Lucio Silla, au Théâtre an der Wien dans Le Nozze di Figaro. Elle est de retour à Salzburg pour le Mozart Festwochen. En concert, elle fait ses débuts avec l’Orchestre National de France sous la direction de Daniele Gatti ainsi qu’avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse dans Schéhérazade de Ravel ; elle fait également ses débuts aux Etats-Unis avec le Chicago Symphony Orchestra sous la direction de Esa Pekka Salonen.

Les futurs engagements de Marianne Crebassa comprennent Le Nozze di Figaro à Vienne, Amsterdam et Milan, Roméo & Juliette à Chicago, La clemenza di Tito avec l’Opéra de Paris et le rôle titre de Fantasio avec l’Opéra Comique de Paris.

Dernière venue le 3 juin 2015 avec l’ensemble Pygmalion et Raphael Pichon – Mozart.


«